Réussir bovins viande 10 avril 2015 à 08h00 | Par François d’Alteroche

Des bovins plus gourmands en céréales

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les quantités de céréales distribuées ont nettement progressé dans les élevages allaitants au cours de ces dernières années.
Les quantités de céréales distribuées ont nettement progressé dans les élevages allaitants au cours de ces dernières années. - © F. d'Alteroche

L’alimentation représente 15 à 25 % des coûts de production dans les systèmes allaitants spécialisés, d’après une enquête de l’Institut de l’élevage réalisée au sein des exploitations faisant partie des réseaux de ferme de référence. Ce ratio dépend du type d’animaux produits. La part du coût alimentaire va croissante selon le niveau de productivité technique exprimé en kilos de viande vive produits par UGB. C’est évidemment chez les naisseurs de broutards légers que cette part est la plus faible alors qu’elle atteint son maximum chez les naisseurs engraisseurs avec achat complémentaire de bétail maigre à finir. « Depuis vingt ans, on a assisté à une explosion des consommations de concentrés dans les rations des bovins allaitants », expliquait Marion Kentzel, chef  de projet à l’Institut de l’élevage à l’occasion de la conférence « Grand angle viande » organisée par ce même Institut. D’après les chiffres des exploitations suivies dans le cadre des réseaux, cette progression est de 60% en dix ans chez les naisseurs engraisseurs du Limousin et de 32 % pour les élevages Blonds du Sud-Ouest en système naisseur. La tendance est similaire pour les exploitations de la zone charolaise suivies en références par l’Inra : + 46% en 20 ans.

Simplifier la conduite d’élevage

Différentes données viennent expliquer ces évolutions. Il y a d’abord la réforme de la PAC de 1992. En se traduisant par une baisse du prix des céréales, elle a favorisé une progression de leur utilisation, que ces céréales soient produites sur l’exploitation ou proviennent d’aliments complets ou complémentaires achetés à l’extérieur. Autre facteur mis en avant, le souhait de bien des agriculteurs de se simplifier le travail alors que dans le même temps, le soutien aux surfaces en herbe les a parfois incités à passer à des systèmes 100% herbager. Un autre facteur est à prendre en compte : celui de l’évolution des marchés. La demande en bétail maigre a par exemple incité à sortir le plus régulièrement possible des animaux tout au long de l’année sans forcément caler les cycles de reproduction sur le cycle de l’herbe. La vulgarisation des vêlages d’été ou d’automne nécessite une alimentation des mères plus soutenue en hiver avec une complémentation des broutards un peu plus généreuse comparativement à du vêlage d’hiver.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui