Réussir bovins viande 02 mai 2001 à 17h07 | Par François d´Alteroche

Dans le Limousin et les Pays de la Loire : le plein air est à l´étude

Dans le Limousin et en Pays de la Loire, deux enquêtes ont été réalisées par les réseaux d´élevage afin de mieux connaître les pratiques d´éleveurs qui conduisent au moins une partie de leur troupeau en plein air au cours de la période hivernale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des données riches d´enseignements
mais qui montrent aussi le nombre encore limité de références technico-économiques à propos de ce mode de conduite.
L `accroissement de la taille des troupeaux, la baisse de la disponibilité en main-d´ouvre, mais aussi le coût élevé des bâtiments avec une utilisation limitée à seulement quelques mois dans l´année... Tels sont les principaux éléments qui peuvent en inciter certains à opter pour l´hivernage en plein air d´au moins une partie de leur troupeau. Pour mieux appréhender les raisons qui poussent les éleveurs à se décider en faveur de ce mode de conduite, deux enquêtes ont été réalisées par les réseaux d´élevage du Limousin et des Pays de la Loire. A côté du recensement des pratiques répertoriées sur le terrain, ces travaux ont surtout permis de mettre en évidence qu´il n´existait encore que peu de données technico-économiques qui puissent faire office de repères.

Encore beaucoup d´inconnues
Pour les différentes catégories d´animaux, il reste notamment à chiffrer précisément ce que l´hivernage en plein air implique en matière de besoins alimentaires et de répercutions sur le parasitisme. Il subsiste également beaucoup d´inconnues pour ce qui est de la conduite à adopter pour la gestion des prairies en vue d´en limiter leur dégradation par le piétinement et évaluer quel peut en être leur coût d´entretien afin de maintenir un bon potentiel de production. Sur le plan environnemental on ne maîtrise encore que très mal l´impact de cette pratique, notamment pour les rejets azotés qui sont difficilement mesurables.
Viennent ensuite les conditions et le temps de travail pour l´éleveur en prenant notamment en compte la notion de pénibilité du travail, résultant des aléas climatiques. Pour chiffrer cela, il serait nécessaire d´établir des bilans de travail précis pour comparer selon le niveau d´équipement et le système de production, les deux modes d´hivernage. Enfin et c´est certainement le plus important, il reste à réaliser des simulations financières pour les systèmes de production considérés. L´objectif étant alors de déterminer si le gain réel obtenu grâce à la baisse des charges de structures permet de compenser le surcoût lié au nécessaire surplus à prévoir tant pour l´alimentation que pour l´entretien des prairies.
©F.d´A.

Sous les rigueurs de l´hiver
Face à la nécessité de réduire encore et toujours les charges qui pèsent sur les exploitations, lorsqu´il est techniquement possible, l´hivernage en plein air fait partie des leviers d´action qui peuvent être envisagés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui