Réussir bovins viande 23 mai 2017 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Création d’un fonds régional pour l’installation

Interbev Pays de-la-Loire lance un système d’aides pour donner un coup de pouce au renouvellement des actifs en viande bovine (élevages et boucheries traditionnelles).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Interbev va attribuer aux candidats à l’installation des prêts à taux zéro, de 10 000 à 50 000 euros maximum.
Interbev va attribuer aux candidats à l’installation des prêts à taux zéro, de 10 000 à 50 000 euros maximum. - © Jean-Charles Gutner

« Le nombre de jeunes souhaitant s’installer est en constante diminution, tout comme celui des candidats bouchers. Nous avons pris conscience d’un besoin important. C’est pourquoi, pour faciliter les projets d’installation en élevage et/ou en boucherie artisanale, nous avons créé un fonds régional interprofessionnel dédié à l’installation (FR2I) », informe Alain Denieulle, président d’Interbev Pays de la Loire, avant de poursuivre, « aujourd’hui, il faut en moyenne 350 000 € pour financer une installation bovine. La création de ce fonds permettra à des jeunes investisseurs de disposer d’un capital privé (apport personnel) et de soutenir leur trésorerie. » L’objectif est d’aider 60 installations par an.

En pratique, Interbev va attribuer aux candidats à l’installation des prêts d’honneur à taux zéro, de 10 000 à 50 000 euros maximum (pour les agriculteurs), avec un différé de remboursement progressif et un étalement du remboursement. « Pour accéder à ce fonds, certaines conditions seront imposées aux jeunes installés et le montant sera déterminé en fonction de modalités professionnelles. Il est prévu, la réalisation d’un pré-bilan (évaluation économique, génétique et du travail) avant installation, et l’engagement post-installation dans un parcours de formation, aux contrôles de performances. Un parrainage sera instauré pour que le jeune puisse s’appuyer sur l’expérience d’un parrain (cédant…). Nous souhaitons renforcer les démarches contractuelles », souligne Alain Denieulle.

Une cotisation volontaire pour financer le fonds

Ce fonds sera en partie alimenté par une cotisation volontaire annuelle de 0,7 euro par bovin de la région pour le secteur de l’élevage, de 0,1 euro par bovin abattu pour le secteur de la transformation, un appel annuel en fonction de la surface pour le secteur de la distribution et par une participation de 50 euros par an pour les bouchers artisans et supérettes. « Le complément sera apporté par des financements extérieurs (FNE, emprunts). »

L’objectif de cette aide n’est pas de créer des structures supplémentaires, ainsi les candidatures se feront par l’intermédiaire des organismes existants (groupements, OPNC, chambre d’agriculture, contrôle de croissance…). Le dispositif devrait être effectif dès 2017. « Nous souhaitons maintenir ainsi un maillon économique sur un territoire (élevages, outils d’abattage et boucheries artisanales). On espère valider les premiers dossiers au mois d’avril lors du premier comité d’agrément. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui