Réussir bovins viande 03 mars 2017 à 08h00 | Par F.d'Alteroche

Concours Charolais Porte de Versailles Les poids lourds sur le podium

Le dernier concours de Paris a permis de mettre en avant des animaux très racés dont Holiday, qui avec un peu plus de 1,7 tonnes était aussi le plus lourd de ce concours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Rappel de Championnat mâle : HATENON de la SAS Ferme du Rompoué (58)/ Scea  Pichard H (71) Un taureau qui n'est plus à présenter pour tous les passionnés de charolais et qui est plus est très favorablement ind © F. d'Alteroche Rappel de Championnat femelle : DEESSE du GAEC Vincent Père et Fille (71). A un an prés cette vache de 9 ans aurait pu être la doyenne de ce concours. Un très bellle fin de carrière ! © F. d'Alteroche Prix de Championnat mâle : HOLIDAY au GAEC CADOUX PERE ET FILS (71) : Un taureau d'un format impressionnant qui avec ses 1712 kilos était aussi de loin l'animal le plus lourd de ce concours. © F. d'Alteroche Prix de Championnat femelle : FRIVOLE de la SCEA DU BOURG (18). Longuement mise en avant pour ses exceptionnelles qualités de race avec entre autre un tête très typée, Frivole était présentée suitée d © F. d'Alteroche La présentation de huit génisses et vaches finies de bonne conformation a terminé le concours. Autant d'animaux destinées à différentes enseignes, la majorité d'entre eux étaient destin& © F. d'Alteroche

44 animaux provenant de 36 élevages et parfois détenus en copropriété par plusieurs éleveurs ont participé au concours Charolais. Après avoir rappelé les fondamentaux de la race en matière de localisation, de standard morphologique puis en en les accompagnant de différentes données sur ses performances zootechniques, Stéphane Billoux, inspecteur au herd book Charolais et animateur  de ce concours a surtout longuement mis en avant le rôle des élevages Charolais dans la valorisation de toutes les zones herbagères Françaises et la qualité de la viande qui en résulte.

Tout particulièrement destiné aux oreilles des citadins qui assistaient à ce concours, le volet bien être animal a longuement été abordé par Michel Baussier, vétérinaire en Saône et Loire et ancien président du Conseil national de l'Ordre des Vétérinaires. « Personne n'est indifférent à la douleur, voire à la souffrance animale. Pour autant il ne faut pas verser dans la caricature qu'est l'anthropomorphisme de certains de nos concitoyens ! » Et Michel Baussier de se désoler de la méconnaissance croissante de nos contemporains vis à vis des réalités du monde rural et de l'élevage bovin avec cette fâcheuse tendance à assimiler les animaux d'élevage à des animaux de compagnie.

« L'élevage est indispensable. Il est hautement légitime. Il faut le soutenir. Il nous ramène à des valeurs terriennes fondamentales. Les éleveurs de France doivent savoir qu'ils peuvent compter sur le soutien de la profession de vétérinaire."

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui