Réussir bovins viande 13 décembre 2016 à 08h00 | Par François d'Alteroche

Cinq scénarios pour le Massif central à l’horizon 2050

À l’heure où éleveurs et acteurs de l’aval s’interrogent sur leur devenir, l’Inra a récemment présenté les résultats d’une étude prospective sur de possibles évolutions pour l’élevage du Massif central à l’horizon 2050. Voici un condensé de leur travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les projections actuellement disponibles sur l'aspect changement climatique tablent sur un plus grand étalement de la pousse de l’herbe dans le temps avec un creux de production estival plus important.
Les projections actuellement disponibles sur l'aspect changement climatique tablent sur un plus grand étalement de la pousse de l’herbe dans le temps avec un creux de production estival plus important. - © F. d'Alteroche

Dans le Massif central, l’activité de la plupart des exploitations repose sur la prairie et sa valorisation par des cheptels bovins, ovins ou caprins. Le recours à ces animaux est incontournable dans la mesure où le contexte pédoclimatique dans lequel évoluent la plupart des exploitations, fait qu’il est souvent impossible de faire pousser autre chose que de l’herbe sur une bonne partie des parcelles, quand ce n’est pas sur la totalité. Afin d’aider au débat entre les acteurs de ces filières d’élevage et les autres usagers du territoire, le Commissariat général à l’égalité des territoires a demandé au centre Inra Auvergne Rhône-Alpes de réaliser une étude prospective à l’horizon 2050. Elle vise à anticiper les différentes évolutions possibles pour mieux s’y préparer. « Sans prétendre à une impossible prévision de ce qui va se passer, c’est un outil de réflexion stratégique. L’objectif de cette étude a été d’amener les porteurs d’enjeux du Massif central à identifier les questions qui engagent le long terme en vue de préparer au mieux les filières à leurs possibles mutations », expliquaient les auteurs de l'étude, à l’occasion de sa présentation au dernier Sommet de l’élevage.

Six grandes familles d'enjeux

Pour réaliser ce travail, les économistes de l’Inra ont bénéficié du concours d’une partie des acteurs économiques des filières présentes sur ce territoire. Dans un premier temps, ils ont identifié les différents enjeux auxquels seront confrontées les filières viande du Massif central en donnant pour cela différentes réponses à des questions du type : « À l’horizon 2050, qu’auraient à gagner ou à perdre les différents acteurs (agriculteurs, entreprises agro-alimentaires, résidents, touristes…) qui utilisent le territoire du Massif central ? Sur quels critères pourrait-on juger d’une évolution favorable ou non du Massif  ? …»

Les réponses à ces interrogations ont mis en évidence six grandes familles d’enjeux :  filière, consommation de viande, attentes sociétales, aménagement du territoire, exploitations agricoles, cadre de vie. Une fois ces enjeux identifiés, les différentes variables susceptibles d’influencer leur évolution sur le long terme ont elles aussi été répertoriées. Parmi ces dernières, on peut citer les mutations des marchés mondiaux sous l’influence de la géopolitique et des accords de libre-échange, les nouvelles attentes sociétales sur l’alimentation et le bien-être animal, l’importance croissante des enjeux environnementaux, les politiques de soutien à l’agriculture ou bien encore les modifications en cours et à venir du climat.

L’association de ces enjeux aux différentes variables laisse imaginer de nombreuses évolutions possibles. Les économistes de l’Inra ont choisi de retenir et de décrire cinq scénarios possibles. Pour chacun d’eux, la consommation de viande en France et au-delà de nos frontières a joué un rôle central tant sur ses volets quantitatif que qualitatif. Il a été analysé comme prioritaire dans la mesure où c’est lui qui structure l’offre et non l’inverse.

L’aspect changement climatique a été traité en prenant en compte les projections actuellement disponibles. Ces dernières tablent sur un plus grand étalement de la pousse de l’herbe dans le temps avec un creux de production estival plus important. Déjà nettement perceptible dans le sud de ce territoire, ces phénomènes deviendraient plus en plus marqués tout en remontant plus fréquemment vers le nord. « Les cinq scénarios envisagés sont donc la rencontre des décors, des stratégies adaptatives des acteurs du Massif central et des conséquences prévisibles sur les filières, les exploitations et le territoire. »

Pour chaque scénario a été réalisé une étude chiffrée sur l’impact qu’il pourrait avoir sur le plan du nombre d’animaux élevés, mais également des tonnages de viande et lait produit ainsi que sur l’occupation du territoire et le nombre d’emplois induits. Ce travail a été réalisé à l’aide d’un modèle développé à cette fin. Il repose sur des hypothèses d’utilisation de la surface agricole disponible en 2050 et d’évolution des effectifs  élevés. « Le type d’animaux et la productivité qui leur est associé (poids vif, poids carcasse et potentiel laitier) ont été choisis en cohérence avec la logique de chaque scénario pour en déterminer les besoins en aliments traduits en surface », a précisé Michel Lherm l'un des co-auteurs.

« Ces cinq scénarios sont très contrastés. Ils ont volontairement été poussés à l’extrême et ne sont pas forcément faciles à entendre » précisait Tony Cornelissen, président de Coopamac Sidam et de la chambre d’agriculture de Corrèze en prémice de la présentation de ce travail.

 

Cette étude est disponible en libre accès et dans son intégralité sur le site du centre Inra de la région Auvergne-Rhône Alpes. (www.ara.inra.fr)

- © F. d'Alteroche

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Bovins viande de décembre 2016. RBV n°243, p. 14 à 23.

Au sommaire :


. p. 16 - Le Massif central totalise 15 % du territoire français.

. p. 17 - Cinq scénarios volontairement contrastés.

. p. 20 - L'impact des cinq scénarios.

p. 22 - " Susciter interrogations et réflexions "

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui