Réussir bovins viande 12 décembre 2007 à 11h32 | Par Bernard Griffoul

Boeuf de Charolles - L´AOC à portée de main

Après un gros travail pour prouver la typicité de la viande de boeuf de Charolles et la qualité des prés d´engraissement, la filière a fait un grand pas en direction de l´AOC.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Un travail approfondi mené par les professionnels et conforté par des expertises a convaincu le Comité national du lien étroit existant entre le boeuf de Charolles et son terroir. Les prés d´engraissement très spécifiques et le savoir-faire des éleveurs dans la maîtrise de l´engraissement constituent des éléments déterminants pour le produit », écrivait l´Inao en juin 2006. L´AOC n´est pas encore acquise mais elle est à portée de main. En tout cas, voilà qui a fait chaud au coeur du groupe porteur du projet « boeuf de Charolles ». Bien peu, en effet, croyaient à la capacité de démontrer la typicité du produit lorsque le dossier a été déposé en 2001. Les éleveurs en étaient pourtant convaincus mais, il fallait en faire la preuve.
« Ce qui a vraiment lancé le dossier, ça a été la démonstration en dégustation à l´aveugle de la différence entre du Charolais de la zone et du Charolais hors zone », explique Eléonore Sauvageot, animatrice de l´association Boeuf de Charolles. « Le syndicat s´est lancé à corps perdu dans cette démonstration ». De nombreux tests gustatifs ont été réalisés pour caractériser la viande. Résultats positifs : viande plus juteuse, arômes plus intenses.

Identifier les parcelles d´engraissement
L´autre grande étape fut de démontrer le lien entre la typicité de la viande et le terroir. « Le critère des prés d´engraissement était l´argument dont les éleveurs étaient le plus sûrs. Leurs savoir-faire, ils ne savaient pas forcément les décrire. Par contre ils étaient sûrs que certaines parcelles étaient meilleures que d´autres. »
Là encore, force études et vérifications d´experts sur le terrain ont permis de convaincre et surtout de préciser les critères qui caractérisent une bonne prairie d´engraissement.
« Un énorme boulot » va maintenant être engagé pour identifier et agréer les parcelles aptes à l´engraissement pendant la saison d´herbe, comme cela se fait pour les appellations viticoles ou l´huile d´olive. Leur reconnaissance se fera sur des critères pédologiques, botaniques et environnementaux. « On n´a pas fixé énormément de règles de conduite des parcelles, mais on vérifiera que l´éleveur a bien les pratiques traditionnelles par l´état de la prairie », explique Eléonore Sauvageot.

Suite à son avis, le Comité national de l´Inao a nommé des experts chargés de proposer l´aire géographique, qui devrait couvrir une large partie ouest de la Saône-et-Loire et le nord de la Loire. Certaines précisions doivent encore être apportées au projet de cahier des charges. La commission de l´Inao devait se rendre sur le terrain début novembre. Le zonage devrait être soumis à l´enquête publique courant 2008, l´obtention du précieux sésame étant espérée pour 2009 ou 2010.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui