Réussir bovins viande 30 avril 2007 à 18h03 | Par Sophie Bourgeois

Alimentation - Intégrer l´aléa climatique dans le choix du système fourrager

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Au-delà des événements climatiques exceptionnels, pour lesquels il faudra nécessairement faire des achats de fourrage et de paille, il faudra davantage intégrer les aléas climatiques dans le conseil stratégique », a exposé André Pfimlin de l´Institut de l´élevage lors des journées de l´Association française pour la production fourragère fin mars. Il s´agit d´améliorer la robustesse du système fourrager ou du système d´alimentation, c´est-à-dire sa capacité à encaisser des variations des différents éléments qui le composent.
La paille et le foin stockés en quantités supérieures constituent une solution pour les systèmes herbagers. ©S. Leitenberger

La paille va devenir plus rare
« Dans les régions de cultures fourragères à base de maïs ensilage et de prairies temporaires, au-delà des silos de report qui constituent une solution efficace mais coûteuse, les sécurités les plus intéressantes restent les cultures à double fin telles les céréales à paille ou le maïs que l´on peut récolter en ensilage ou en grain. » Le sorgho grain ensilé ou les associations dactyle-luzerne peuvent améliorer la robustesse du système.
Dans les régions herbagères strictes, en particulier en montagne, c´est la paille et le foin qui constituent les deux maillons essentiels de la sécurité. « Les anciens estimaient prudent d´avoir un demi-hiver d´avance en foin. En fait, une demi-tonne de foin et une demi-tonne de paille d´avance par UGB pourrait être une solution qui fonctionne bien. » Le surcoût de ces stocks devra être comparé aux assurances calamités de plus en plus fréquentes et coûteuses. « Une solution de gestion collective ou mutualisée pourrait peut-être permettre de réguler les cours et de garantir un approvisionnement en dehors des périodes de moisson. » Car la paille est une matière première probablement appelée à devenir de plus en plus recherchée pour la production d´énergie, de matériau d´isolation, et pour les biocarburants de deuxième génération qui utilisent la plante entière. « Il faut aussi être attentif au fait que certains systèmes herbagers engagés dans des démarches de qualité ou de garantie d´origine limitent le recours à l´ensilage. Il faudra alors sécuriser les systèmes fourragers à partir de prairies permanentes pour ne pas dépendre des achats extérieurs. »
Source : Journées APPF des 27 et 28 mars 2007, Productions fourragères et adaptations à la sécheresse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui