Réussir bovins viande 02 janvier 2004 à 12h13 | Par François d´Alteroche

Alimentation des broutards - La complémentation doit être raisonnée

Animé par Jean-Pierre Fleury, vice-président de la Fédération nationale bovine, le colloque sur les animaux maigres au Sommet de l´élevage traitait de la complémentation des broutards chez le naisseur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le colloque sur la production de bétail maigre est désormais l´un des traditionnels rendez-vous du Sommet de l´élevage. Organisé par Interbev avec la participation de l´Ofival et la coordination de la Sopexa, il avait cette année pour thème la complémentation des broutards chez les naisseurs. « Le broutard est un produit qui change », a tout d´abord rappelé Jacques Agabriel, chercheur à l´Inra de Theix. L´amélioration du potentiel génétique et de l´état sanitaire des troupeaux a fait que comparativement à il y a quelques années, les animaux sont désormais plus lourds à âge égal. A côté de l´effet conduite d´élevage, le poids des animaux au moment de leur vente s´est sensiblement accru puisque la plupart des animaux ont désormais 10 mois révolus lorsqu´ils quittent l´exploitation de leur naisseur. Les ventes de broutards fraîchement sevrés tendent à se raréfier au profit d´animaux alourdis et déjà bien conditionnés pour l´engraissement. Cette évolution a été favorisée tant par la mise en place de la PSBM que par l´évolution de la demande des engraisseurs et notamment des engraisseurs italiens.

Le colloque sur la production de bétail maigre est désormais l´un des traditionnels rendez-vous du Sommet de l´élevage. Organisé par Interbev avec la participation de l´Ofival et la coordination de la Sopexa, il avait cette année pour thème la complémentation des broutards chez les naisseurs. « Le broutard est un produit qui change », a tout d´abord rappelé Jacques Agabriel, chercheur à l´Inra de Theix. L´amélioration du potentiel génétique et de l´état sanitaire des troupeaux a fait que comparativement à il y a quelques années, les animaux sont désormais plus lourds à âge égal. A côté de l´effet conduite d´élevage, le poids des animaux au moment de leur vente s´est sensiblement accru puisque la plupart des animaux ont désormais 10 mois révolus lorsqu´ils quittent l´exploitation de leur naisseur. Les ventes de broutards fraîchement sevrés tendent à se raréfier au profit d´animaux alourdis et déjà bien conditionnés pour l´engraissement. Cette évolution a été favorisée tant par la mise en place de la PSBM que par l´évolution de la demande des engraisseurs et notamment des engraisseurs italiens.
©E. Chabot/Réussir

Attention aux dépôts adipeux précoces
« Mais comme son nom l´indique, il ne faut pas oublier que le broutard est d´abord un bon valorisateur de l´herbe et que le pâturage de cette dernière est pour l´éleveur ce qu´il y a de moins onéreux », a rappelé Philippe Haurez, responsable de l´unité de programmes « Conduite et alimentation des troupeaux allaitants et de l´engraissement » à l´Institut de l´élevage. Il ne s´agit donc pas de faire une complémentation à l´aveugle mais bien de la raisonner en fonction des disponibilités en herbe. Et à cet égard, il n´y a pas d´âge type pour démarrer la complémentation des broutards. L´année 2003 en est un bon exemple.
Même si cela a un effet favorable sur la bascule pour le naisseur, attention toutefois à ne pas être trop généreux dans la complémentation des animaux. De trop forts apports d´aliments concentrés avant le sevrage risquent de favoriser de façon trop précoce la mise en place des dépôts adipeux chez les broutards.
©E. Chabot/Réussir

Des essais mis en place dans les stations expérimentales pré-citées où les performances de croissance à l´engraissement entre des broutards non complémentés et des animaux ayant reçu des niveaux de complémentation variables dans les semaines précédant le sevrage ont été rapportées. Il a été démontré qu´une complémentation excessive des broutards non encore sevrés limitait par la suite leur niveau de croissance à l´engraissement. « Un GMQ de 1400 g au cours de la période de complémentation des animaux sous la mère est un maximum. Au-delà, on risque de pénaliser les performances à l´engraissement », a souligné Philippe Haurez.
Avant sevrage

Engraissement

Le tableau montre un « plus » sensible sur le poids au sevrage.
Le fait de complémenter généreusement les animaux dans les semaines précédant le sevrage permet de gagner des kilos sur le poids vif au moment du sevrage, mais tend à diminuer les niveaux de croissance à l´engraissement.
Essai réalisé à la ferme de Jeu-les-bois dans l´Indre.
(Source : Institut de l´Elevage)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui