Réussir bovins viande 29 novembre 2004 à 14h31 | Par Sophie Bourgeois

Alimentation des bovins - Les résultats d´essais d´Arvalis-Institut du Végétal montrent l´importance de connaître la valeur al

A même niveau de complémentation, des différences de performances du couple mère-veau très nettes ont pu être évaluées par Arvalis-Institut du Végétal en fonction de la valeur alimentaire des foins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le foin est l´élément clé de la ration hivernale de la plupart des vaches allaitantes. Les quantités ingérées en période de reproduction peuvent être très élevées. Ce qui est d´autant plus intéressant que la complémentation nécessaire pour assurer un certain niveau de performances est alors réduite.
C´est ce qu´ont montré des essais conduits à la station de la Jaillière en Loire-Atlantique par Arvalis-Institut du Végétal sur des Limousines pendant quatre hivers. L´ingestion de foin peut aller jusqu´à quinze kilos de matière sèche par jour pour des foins de qualité supérieure, entre douze et treize kg pour des foins de valeur plus commune. Pour une prairie permanente, trois kilos de matière sèche du foin de second cycle ont été ingérés en plus chaque jour par rapport au foin de premier cycle. Il a été aussi mesuré que l´ingestion d´un foin de seconde coupe d´une association de fétuque et trèfle violet est supérieure de 2,7 kg de matière sèche par jour à celle d´un foin de ray-grass hybride de première coupe. Ces foins ayant été réalisés dans des conditions et à des stades de récolte équivalents.
©S. Bourgeois


« Les différences de niveau d´ingestion observées s´expliquent par des différences de valeur énergétique à la récolte. Et les foins les mieux consommés, c´est-à-dire les plus ingestibles, sont aussi les plus digestibles », analyse Albert Hardy d´Arvalis-Institut du Végétal. « Les performances des animaux sont donc améliorées. » Les essais d´Arvalis ont permis de chiffrer cette amélioration des performances pour des couples mères-veaux ayant reçu la même complémentation.
Rappelons que la valeur alimentaire des foins varie dans des proportions très importantes selon la nature de la prairie, la date et les conditions de récolte. « Par exemple la valeur énergétique des foins de prairie naturelle de vallée de Loire passe de 0,80 à 0,55 UFL par kg de matière sèche entre une récolte début mai et une récolte début juillet. » A titre de comparaison, la valeur alimentaire de l´ensilage de maïs varie dans des proportions beaucoup plus faibles : 0,85 à 0,95 UFL et 1 à 1,15 UEB par kg de matière sèche selon les conditions de végétation et le stade de maturité du grain à la récolte.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui