Réussir bovins viande 23 février 2004 à 16h40 | Par Sophie Bourgeois

Alimentation des bovins - Les génisses blondes de boucherie au même régime que les génisses

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour des génisses « classiques » de race à viande, les recommandations sont de viser 500 à 700 g de GMQ (gain moyen quotidien) le premier hiver et 300 à 500 g le second. Ceci permet de valoriser au mieux le pâturage suivant. Mais quelles croissances hivernales préconiser pour des génisses de race blonde d´Aquitaine, peu précoces et à fort potentiel musculaire, qui seront abattues à 30-32 mois ? Les mêmes recommandations peuvent être retenues pour la phase de croissance d´après le résultat d´un essai conduit à la Ferme expérimentale de Mauron (Morbihan) par les Chambres d´agriculture de Bretagne et l´Institut de l´élevage. « Il est possible de rattraper un retard de croissance en hiver par des apports alimentaires supérieurs mais il ne faut pas dépasser 800 g de GMQ, explique Alain Guillaume de l´EDE du Finistère. Des croissances hivernales très élevées, de plus de 800 g/jour, risquent de faire moins bien valoriser l´herbe au pâturage suivant et de pénaliser le développement et la fertilité des génisses de renouvellement en rapport à un excès de gras dans le cas d´une conduite commune avec les génisses de boucherie. »
Pour des génisses de race blonde d´Aquitaine, viser 500 à 700 g de GMQ le premier hiver et 300 à 500 g le second.©S. Bourgeois

Deux niveaux d´alimentation ont été mis en oeuvre au cours des deux premières années de génisses blondes : 500 à 550 g pour un lot et 800 g de GMQ pour l´autre(1). « A la fin du premier hiver, la différence de poids moyen entre les deux lots était de 21 kilos, dont 60 % ont été compensés au pâturage, explique Alain Guillaume. A la fin du deuxième hiver, les poids moyens des deux lots étaient de 474 kilos et 520 kilos, soit un écart de 46 kg. Et la compensation au pâturage a été assez modique, l´écart de poids entre les deux lots était de 35 kg en fin de saison de pâturage. » Ces performances sont à mettre en relation avec les conditions humides des deux printemps de l´expérimentation (années 99 et 2000).
Ces deux lots de génisses ont été engraissées à l´auge avec un régime ensilage de maïs, foin, et un mélange blé, tourteau de soja et CMV et ont réalisé des croissances similaires en finition. Mais pour atteindre le même poids de carcasse de 422 kg, les génisses qui avaient eu une croissance plus faible en phase d´élevage ont eu besoin de 32 jours de plus que les autres. « Les quantités de fourrage et de concentrés des deux conduites sont très voisines », note Alain Guillaume.

Nota : Les génisses blondes, achetées broutardes, ont été alimentées avec de l´ensilage de maïs rationné, de la paille, du tourteau de soja et un composé minéral vitaminé. La paille a été remplacée par du foin pour le deuxième hiver.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui