Réussir bovins viande 25 avril 2018 à 09h00 | Par S.Bourgeois

Accord avec le Mexique : Interbev dénonce une nouvelle concession de l'UE

La Commission européenne a annoncé avoir trouvé un accord politique avec le Mexique. Il prévoit l'ouverture du marché européen à 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Christian Lambiotte/CE.

La Commission européenne a annoncé avoir trouvé un accord politique avec le Mexique en vue de la modernisation de l'accord de libre-échange conclu en 2000 entre l'Union européenne et ce pays.

Ce dernier prévoit ainsi l'ouverture du marché européen à 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines (dont 10 000 tonnes de hampes et d'onglets), qui étaient jusqu'ici exclues des négociations pour des raisons sanitaires.

"La production mexicaine de viandes bovines ne répond pas aux standards de production européens" fait savoir Interbev dans un communiqué du 24 avril. "Preuve en est : l'absence de traçabilité des animaux - obligatoire en Europe depuis 2000, l'utilisation de farines animales - interdites en Europe depuis 2001 et d'activateurs de croissance dans l'alimentation des bovins - interdits en Europe depuis 2006. Autant de facteurs d'insécurité sanitaire pour les consommateurs européens qui avaient poussé l'UE à exclure la viande bovine de l'accord de libre-échange avec le Mexique en 2000."

Dix-huit ans plus tard, les modes de production de viandes bovines restent inchangés au Mexique selon l'organisation professionnelle.

"CETA, Mercosur, Mexique, Australie, Nouvelle-Zélande... A chaque nouvel accord, le secteur de la viande bovine devient systématiquement la variable d'ajustement de ces négociations. Cette situation est devenue intenable pour les professionnels de la filière."

Pour Dominique Langlois, Président d'Interbev, « il est grand temps que le Président de la République impose à Bruxelles l'arrêt de cette politique destructrice pour notre secteur, mais aussi dangereuse pour les consommateurs ! Emmanuel Macron a d'ailleurs réaffirmé le 17 avril dernier à Strasbourg, son ambition de soutenir une souveraineté alimentaire de qualité en Europe. Il a par ailleurs encouragé l'ensemble des filières alimentaires françaises à se tourner vers une montée en gamme de leurs produits dans le cadre des Etats Généraux de l'Alimentation. Le temps de la cohérence est venu ! ».

L’enjeu est de taille pour le Mexique, qui cherche à diversifier ses échanges et à défendre le libre-échange face aux politiques protectionnistes du président américain.

L'accord devra être ratifié par les Etats membres, puis par le Parlement européen et par les députés mexicains. La totalité de ce processus peut prendre plusieurs années.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
www.la-viande.fr

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui